A paraître demain dans le magazine "Nous" qui accompagne Nice-Matin dans toutes ses éditions, une interview avec la journaliste Karine Michel sur la mauvaise humeur et de l'insatisfaction. Mais bien sûr, cela concerne tout le monde sauf vous, n'est-ce pas ?



On récolte ce qu’on s’aime


Je sais, cette phrase n’a pas de sens. L’idée n’est pas de moi. Elle m’a été suggérée par une dame venue en consultation avec son mari pour des problèmes de couple assez graves pour envisager une séparation définitive. « Quand on ne témoigne pas d’amour aux autres, quand on n’aime que soi, on ne s’étonnera pas de ne récolter que ce qu’on s’aime. Et de rajouter en épelant : s. apostrophe,a.i.m.e. Vous devriez écrire une chronique sur ce thème, cela pourrait bien servir à d’autres. Nous y voilà donc.

Le problème, c’est qu’en matière de couple, hormis quelques cas réellement exceptionnels, les choses ne sont jamais aussi simples qu’on pourrait l’imaginer. Et il est bien difficile de concevoir que tout puisse être de la faute de l’un sans qu’il en aille aussi, quelque part, de la faute de l’autre. Je sais que cela énerve d’entendre cela, mais force est d’admettre qu’en matière de crise de couple, soit il y a deux coupables, soit il n’y en a aucun.
Copyright © Francis mise à jour du 01 Juin 2017